Rodellad (spirale)

Parmi les motifs graphiques usuels de nos sociétés, la spirale est depuis toujours un des plus utilisés autant pour son esthétique que pour le symbole que chacun peut y voir.

Elle est assez simple à réaliser à main levée et l’apport de la règle et du compas permet aux spécialistes de réaliser des dessins d’une précision quasi hypnotique. C’est sans doute ce dernier point qui lui vaut tant d’usages. Le tracé est à priori simple, mais il suffit de le détailler pour sentir une curieuse sensation de trouble parce qu’effectivement ce cercle qui s’élargit avec régularité ne laisse pas l’œil se reposer et il faut faire un effort de concentration pour ne pas s’y perdre. Le plus étonnant est son usage animé, les décorateurs de moyeux de roues ou d’hélices, comme les auteurs de vidéos et films ne s’en sont pas privé, l’effet est toujours garanti.

La spirale est un symbole graphique probablement bien antérieur aux celtes. Il pourrait avoir été inspiré par le mouvement d’un fluide qui s’écoule et a de ce fait donné lieu à moult interprétations sur sa relation avec des forces plus ou moins naturelles.

Dans ce billet nous allons simplement survoler en quelques dessins, l’usage que l’ornementation bretonne peut en faire avec en vedette (si l’on peut dire) le triskell.

Spirale simple

Spirale

Probablement inspirée à l’origine par le mouvement de l’eau qui s’écoule, le motif est quasi-universel, même s’il est présent dans le quotidien des celtes. Il est intéressant d’observer que les spirales des pierres Pictes d‘Écosse trouvent aujourd’hui une sorte de prolongement avec le travail des artistes du Land Art (dont quelques écossais) qui font usage de la spirale dans leurs installations.

Spirale double et ses variantes

Spirale double

Ce motif est familier des Bretons d’Armorique où son usage est fréquent en ornementation de meubles et en broderie sur les costumes.

On trouvera ci-dessous un exemple de panneau d’ornementation, une frise telle qu’il en existe en broderie, une version simplifiée du Korn Maout (corne de bélier) et du Pluñvenn Paun (plume de paon) devenu le signe de ralliement des sonneurs émérites de Bretagne.

Panneau

 

 

 

Frise

 

KM&PP

 

 

 

 

 

Spirale triple (triskell)

Triskell

Objet de de toutes les récupérations et de toutes tentatives d’explications, le triskell est présent dans le quotidien des territoires celtiques. En Bretagne, il est aussi efficace que le Gwenn ha Du ou l’hermine lorsqu’il s’agit de donner au packaging d’un produit une couleur locale.

Le marketing en a fait ce que tout le monde peut en voir aujourd’hui, mais il a cependant conservé tout son mystère et c’est sans doute cela qui intrigue. Aucune explication n’est convaincante hormis le fait qu’il semble symboliser l’impossible miscibilité du monde celtique dans un système occidental héritier d’antiques et archaïques organisations moyen-orientales.

Pour le fun, on trouvera ci-dessous des triskells multiples et la tentative (assez vaine quoique intéressante) de triskells déstructurés que j’en ai tirée.

Triskell3

 

Sans titre - 2

Voilà, ces quelques petits dessins pour un retour aux affaires, nous examinerons la semaine prochaine, les résultats des concours du CGA 2013 (Salon de l’Agriculture) où les Cornouaillais ont fait ample moisson de médailles.

05. mars 2013 par mark
Catégories: Dessins | Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.