La dégustation du Sistrot du 16 janvier 2018


La cité de Grallon suintait l’humidité en ce mardi 16 janvier 2018 et le halo des réverbères fantomatisait les quais. Pour autant l’autochtone y déambulait à sa guise sans guère se soucier du temps ni des noms étonnants que donnent de nos jours les météorologues aux tempêtes. Au Sistrot, il faisait bon, mais nos hôtes se plaignaient que quelques “karchers” célestes aient sérieusement mis à mal l’étanchéité de leur toit. Dommage collatéral de cet incident, nous n’avons pas pu utiliser l’habituelle salle “intra-muros” (elle est effectivement à l’intérieur de l’enceinte du Quimper fortifié). Que l’on se rassure cependant les travaux allaient bon train et tout devrait être rentré dans l’ordre à l’heure ou paraissent ces lignes.
Notre premier “tañvadenn sistr” (dégustation de cidre) de l’année a démarré lentement car comme c’est l’usage, les uns sont arrivés en avance et les autres à leur convenance, mais il a suffit de déboucher la première bouteille pour que miraculeusement la table soit au complet (comme quoi il est important que la sonorité du débouchage soit de qualité).

Cidre des Vergers d’Ysabeau (35)

Nous avons donc commencé par un cidre bio sans sulfite des Vergers d’Ysabeau, soit de la maison Mazery-Brugalle sise à La Noé Blanche au sud du bassin Rennais. Il s’agit d’une production relativement récente d’Isabelle Mazery passée par l’industrie cidricole avant d’acquérir il y quelques années dix hectares vergers près de Messac. C’est un cidre demi-sec (5,5% vol) orangé, légèrement voilé et assez vivant dans le verre. Le nez plutôt mesuré apporte des arômes ronds et matures d’où percent des notes acidulées. L’attaque est souple, acidulée, le palais est ample avec un peu d’astringence en finale. C’est très bien fait, cela manque peut-être un petit peu de caractère ou d’audace, mais on peut dire que l’on a du métier au vergers d’Ysabeau.

Cask obligatoire de la cidrerie Lemasson (50)

Place ensuite à la cuvée spéciale de l’année de Damien Lemasson (Cametours – 50). Comme chaque année un nom différent (cette année le “Cask obligatoire” remplace le “Au pied du mur” de l’an passé) pour une cuvée vieillie en fut de Calvados. C’est un cidre Bio qui annonce 7,5% vol. Nous avons trouvé le bouchon un peu juste pour une cuvée spéciale. À l’ouverture il y a de la pression, sans plus, et de fait ce cidre se révèle plus perlant qu’effervescent. Dans le verre c’est clair, presque brillant avec quelques minuscules “pompouch”, mais la dépression qui passait sur nos têtes ce soir là explique peut-être cela. Le nez est engageant, minéral avec une pointe d’alcool et un peu de fruit. En bouche, après une attaque un peu alcooleuse, vient de la souplesse et de la douceur (ce n’est pas aussi fondu qu’attendu). La finale est assez courte avec une phase astringente rapidement masquée par des saveurs de bonbons. Au final cela fait plus pommeau léger que cidre et la cuvée gagnerait sans doute à vieillir plus longtemps.

Poiré 2009 de la cidrerie du Vulcain (CH)

Nous sommes alors passé au poiré (5% vol) de Jacque Perritaz (Cidrerie Vulcain au Mouret en Suisse) que nous avions déjà testé, mais dont la bouteille présentait une floculation importante des tanins (ça arrive quelquefois). La bouteille est bien présentée avec un beau bouchon. Au service il y a juste la pression qu’il faut, un bel effet de mousse et la robe est claire et presque brillante. Au nez on sent immédiatement un coté réduit genre tarte tatin avec une pointe d’amande, cette bouteille a de l’âge. En bouche il y a un bel équilibre de fruits acidulés, c’est assez sec avec une finale un peu courte, une belle acidité et le fuit qui revient en deuxième intention. C’est un beau produit qui gagne à la lenteur et s’ouvre joliment au bout de quelques minutes.

Cidre triple de la cidrerie Dupont (14)

Ronan Gire avait prévu une soirée spéciale pour ce début d’année et après le “CasK Obligatoire”, au tour du “Cidre Triple” de la Maison Dupont (Victot-Pontfol – 14). La présentation est ici impeccable et annonce 11% vol pour ce cidre de 2015. Le service ne souffre d’aucune critique, la couleur vieux cognac étonne pour un cidre. La nez est évolué, un peu oxydé avec des notes de caramel et un peu de fruit. L’attaque est souple, puis vient une amertume sèche et alcooleuse qui semble être la marque de ce produit. La finale est un peu astringente et métallique quoique assez longue.
Le propre du cidre est cependant de proposer des arômes et des saveurs sans beaucoup d’alcool, mais l’expérience est interessante pour qui aime les boissons fortes.

Sidra natural Zabala (Gipuskoa)

Nous avions en réserve un cidre Basque (R.Zabala d’Aduna en Gipuzkoa) arrivé d’on ne sait où et nous avons donc pris la direction du sud. C’est un “Sidra Natural” classique, pâle et un peu trouble (la tempête n’arrangeait rien) servi avec le bouchon réglementaire dans des verres proche de ceux utilisés en Gipuzkoa. Nez de pommes rapidement fermentées, des notes citronnées et une petite odeur de liège. En bouche c’est sec et acidulé, légèrement perlant, rafraîchissant avec une finale assez courte. Un Sidra Natural bien dans la typicité (au moins pour ce que l’on en connait).

Cidre 2016 de E.Meier & M.Zimmermeier (CH)

Avant de passer à table, il nous restait a tester un Apfelperlwein (Apfelsecco) venu de Zeihen dans le Canton suisse d’Argovie. Cidre demi-sec, 5% vol. Belle présentaiton, jolie mousse au service, robe pâle et brillante, verre peu actif. Le nez est minéral (sans doute gazéifié), un peu lacté et rond. C’est pas mal du tout. En bouche, comme on pouvait s’y attendre, c’est sucré acidulé avec un peu d’astringence. C’est assez agréable, on sent des fruits comme la Reinette qui est couramment utilisée dans ces régions.

Debrit ervat ! (bon appétit)
La soirée s’est évidemment poursuivie avec les plats et les cidres de la Carte du Sistrot, qui réserve à chaque fois de belles surprises de saveurs et surtout d’accords plat cidre. Merci à Erwan et Ronan Gire du Sistrot, merci à Claude et Lenaig de la cidrerie de Menez-brug, à Jen de la cidrerie de Rozavern, à Marine et Brieug de la Cidrerie de Kermao. Ce fut une très bonne façon de lancer la nouvelle année.

Macgleo le 22012018

22. janvier 2018 par mark
Catégories: Cidre | Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *