La dégustation du Sistrot du 27 juin 2017

Dernière dégustation avant la saison d’été, la réunion fut pour le moins relevée. Ronan Gire nous avait réservé quelques bouteilles ramenées de ses escapades en Normandie, en Pays d’Othe et en Pays de Quimperlé. Première maison visitée, celle de Simon Lemarié à Isigny sur Mer. L’entreprise est toute récente puisque établie en 2015. Il y a un verger de quatre hectares en production et un autre qui vient d’être planté. Ingénieur de formation, notre producteur a tout plaqué il y a quelques années pour élaborer du cidre qu’il produit en Bio et qu’il propose en bouteilles traditionnelles, en petit format et en fût pour les bars.

Le Cidre de Simon avait l’honneur d’ouvrir les débats. Il s’en est sortit d’autant plus brillamment que son équilibre aurait pu le faire passer pour un cidre d’ici, si Ronan nous l’avait proposé à l’aveugle. Au service, cela manque de pression et l’effervescence est mesurée. Pour autant la couleur est belle et le verre agréable à l’œil. Le nez est présent, légèrement fermentaire avec de jolis parfums de pommes mûres. En bouche il est équilibré, c’est un demi-sec avec une belle rondeur. La finale nous a semblée assez courte. De l’avis de la table c’était parfait comme entrée en matière.

Du même producteur, le Cidricchus (Dieu Normand du cidre), est d’un autre galop. S’il y a peu de pression à l’ouverture, l’effet de mousse est sympathique et la couleur est belle. Il manque juste un peu d’animation dans le verre. Le nez est bien présent, complexe, avec de la pomme, des épices, un peu d’herbe, de la réglisse et des notes fumées. La bouche avec son équilibrée à l’amertume érodée montre un certain caractère. L’ensemble est assez réussi avec une belle retro-olfaction. Cependant une finale plus affirmée construirait un souvenir de dégustation plus marqué.

Deuxième halte de notre soirée, le Domaine La Charloise à Bœurs-en-Othe. La maison a déjà une bonne vingtaine d’années et dispose de quatorze hectares de verges plantés de variétés trditionnelles du cru (Airolles, Verollot, Nez-de-chat, Nez-plat, etc), menés en Bio. Les cidres du domaine sont secs et acidulés, plutôt fort (7% vol) et dosés, plus ou moins, au sucre de betteraves suivant le résultat souhaité. Ils supportent une garde assez longue et sont systématiquement bouchées de capsules. La tradition des cidres du Pays d’Othe est très éloigné des habitudes normandes ou bretonnes et bien qu’établie depuis longtemps, il est peu fréquent d’en trouver en Cornouaille.

La première bouteille (à 96,2 % de cidre) s’est peu exprimée au débouchage et le verre n’a guère montré beaucoup vie. La couleur orange paille est belle, mais légèrement voilée (Nous avons noté un dépôt dans la bouteille, preuve d’une méthode traditionnelle). Au nez il y a de la pomme, un soupçon de sirop et quelques notes de futaille, ce qui est plutôt sympathique. En bouche c’est franchement acide, voire agressif, mais la liqueur est bien présente surtout en fin de bouche. La finale est donc un petit peu lourde, ce qui pourrait après plusieurs verres devenir assez pesant.

Le deuxième flacon (à 98,2% de cidre), se présente un peu comme le précedent à l’œil comme au nez avec toutefois du sirop moins présent et en contrepartie des notes de futailles plus prononcées. En bouche il est comme attendu, un peu plus agressif, mais relativement. Nous avons cependant regretté qu’il soit moins fondu, mais peut-être est ce là notre inexpérience de ce type de cidre. Dans tous les cas un exemple intéressant d’une vieille tradition cidricole.

Restant en Pays d’Othe, nous avons testé les cidres de Frédérick Goussin et Olivier Euillot. Des cuvées traditionnelles élaborés avec maîtrise, jusqu’au dégorgement à la volée, une technique chère au maisons champenoises toutes proches. Ici la présentation est classique avec de beaux bouchons aux muselets parfaitement ajustés.

La cuvée Tradition donne de la voix au débouchage avec un effet de mousse aussi abondant que fugace. La couleur d’un bel orange pâle est parfaitement limpide. Le nez est relativement neutre, très propre avec juste quelques notes de fruits, de la pomme et un soupçon d’agume. La bouche est comme attendue acidulée avec un peu de fruit. L’ensemble est élégant mais peut-être un peu linéaire.

La cuvée C.Pomme gagne en force pour atteindre les 8%vol ce qui commence à faire beaucoup pour du cidre. La présentation est impeccable et le verre flatteur avec son bel orange paille aux reflets dorés. Le nez est relativement puissant avec du fruit et de jolies notes végétales. La boucle est acidulée avec un peu de tanin, une belle retro-olfaction et une finale agréable. un cidre que nous avons eu plaisir à découvrir.

Cuvée pour le moins originale de la maison Goussin et Euillot, le Torride vaut par sa recette qui inclue 3% de gingembre frais. Si la présentation est toujours soignée, c’est au nez que l’originalité se dévoile. C’est fort, le gingembre emporte tout. Nous avons cependant noté la petite présence de résine. La bouche est évidemment acidulée et épicée, mais on est surpris de ne pas retrouver d’accord avec la promesse du nez. Dans tous les cas une curiosité qui mérite bien son nom et qu’il faut avoir testé au moins une fois.

Quittant le Pays d’Othe, nous avons fait un retour en Cornouaille pour tester deux bouteilles de la ferme cidricole des “Bouteilles à l’Amère”. Il s’agit en réalité de la reprise par Marc Frocrain de la cidrerie de Patrick Gourlay à Rédéné près de Quimperlé. L’exploitation bénéficie donc de vergers bien en place et d’une traditon locale aussi ancienne que bien établie. Au début du XXe siècle, Crochetelle déjà vantait la qualité du fond variétal de la zone dont la Kermerrien est sans doute la variété de pomme à cidre la plus connue.

Le Cidre du Pays de Quimperlé, est un brut dans la veine de ce que produisait Patrick Gourlay. Au débouchage, il propose un bel effet de mousse, une couleur orangée et limpide dans la pure tradition locale. Le nez est rustique avec de la pomme mûre et des arôme matures (à la limite de l’excès). La bouche est dans la typicité du cru, amère mais sans violence avec une rondeur mesurée et une persistance un peu courte. C’est assurément un vrai cidre de table qui accompagne parfaitement la cuisine roborative de nos campagnes, le koan-vras (grand souper) n’est pas loin.

Pour terminer la soirée, place à une séquence nostalgie (pour ceux qui ont connu l’époque où l’on tirait cidre à la barrique, en notant qu’il reste encore quelques vieilles personnes à pratiquer ainsi). Place donc au cidre extra-brut “tranquille”. Point d’effervescence, juste une robe orange pâle et limpide. Le nez de pomme et d’agrume est un peu piqué (ça rappelle quelques souvenirs d’enfance). En bouche, c’est acidulé, assez sec, sans beaucoup de corps avec cette saveur particulière des cidres plats. Celui-ci vaut d’être un témoignage d’un temps révolu, mais il pourrait également être une piste pour un produit alternatif original.

Mersi bras à tous les dégustateurs du mardi soir, à Ronan & Erwan pour la belle arrière-salle du Sistrot, à Lenaig, Marine, Claude, Steven et Brieug. Nous ne reprendrons nos dégustations qu’en septembre, mais depuis quelques temps, nous collectons des bouteilles qui nous arrivent d’un peu partout. Nous allons donc pouvoir commenter des cidres exotiques venus d’au-delà des mers. D’ici là bel été à tous & ken ar c’hentañ !

 

30. juin 2017 par mark
Catégories: Cidre | Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *